<span><span><span>Le palais Bénédictine </span></span></span>

Le Palais Bénédictine

 19 avr. 2018

Patrimoine de Fécamp, le palais Bénédictine  est une merveille de l’art gothique et renaissance de la fin du XIXème. En plus de son architecture remarquable et complètement éclectique, il abrite une collection d’art ancien, des expositions temporaires d’art contemporain et l’unique distillerie au monde de la liqueur Bénédictine. Visite guidée et secrets gardés.

Construit en 1888 sur la commande d’Alexandre-Prosper Le Grand, marchand de vins, le palais servait la double fonction de musée et d’écrin pour la production de la liqueur bénédictine dont Le Grand faisait commerce. Car s’il est un secret bien gardé en Normandie, c’est celui de la composition de la Bénédictine. Selon la légende, elle aurait été mise au point en 1510 par le moine bénédictin Dom Bernardo Vincelli à l’abbaye de Fécamp. Perdue dans la poussière des siècles, la recette aurait refait surface dans l’un des nombreux ouvrages religieux dont Alexandre-Prosper Le Grand faisait collection. Après plusieurs tentatives, il parvint à recréer l’élixir et installe cave et distillerie au palais. De tradition monastique, 27 plantes entrent dans la composition de la bénédictine, mais quantités et secrets de distillation restent bien gardés. Une visite au palais permet de découvrir le panel des plantes et épices nécessaires à sa fabrication, les alambics de cuivre du XIXème siècle et de se perdre dans l’ombre et les vapeurs des caves de vieillissement. Salon de thé, espace de dégustation et boutique prolongent l’expérience Bénédictine. Les connaisseurs éclairés peuvent aussi y apprendre l’art de la distillerie et de la mixologie.

Le palais abrite en sus un splendide musée d’art sacré où sont exposés de magnifiques ouvrages, parfois millénaires, sur l’histoire de l’abbaye de Fécamp, des manuscrits religieux, des collections d’émaux et d’ivoire, des ferronneries et peintures, vitraux et statues. Un autre espace accueille des expositions temporaires d’artistes contemporains côtés.

Eclectique et atypique, le palais Bénédictine dévoile de multiples facettes et se découvre à travers l’œil de l’amoureux d’histoire, de l’amateur d’art moderne, à travers celui du mixologue passionné ou de l’architecte en herbe. De la même manière, le Donjon à Etretat est un domaine à redécouvrir infiniment. Villa, cottage et donjon, chaque bâtisse raconte une histoire et livre les secrets d’un temps qui résonne encore aujourd’hui.